Tout a commencé par un son strident… bang! C’était ma tête se heurtant contre le cadrage d’une porte centenaire, très solide je vous l’assure. Incident banal au final, qui m’a fait revenir au cœur de moi-même, cet endroit où nous n’avons plus aucune identité, plus de structures de protection, où l’ego n’a plus d’emprise. Cet endroit où nous croyons que nous ne sommes plus rien, mais où en fait, nous sommes tout!

Nous étions à quelques minutes de commencer un tournage. Tel un tremblement de terre, le choc avait déclenché un raz-de-marée émotionnel en moi. J’étais incapable de retenir l’émotion, c’était trop intense, comme un geyser. Je respirais et ravalais, espérant que ça passerait, mais rien à faire.

Je contrôlais la situation, j’ai toujours été TELLEMENT bonne là-dedans. Je gérais mes émotions, je prenais sur moi, n’est-ce pas cela qu’on nous apprend? Enragée intérieurement, j’étais assise devant la caméra pour faire les derniers tests. Mon amie me regardait, amusée. Elle voyait bien que je n’étais pas « moi », l’authentique, mais que j’avais mis mon armure temporaire pour me montrer forte dans la situation. De son regard rempli d’amour, elle m’avait lancé quelque chose du genre :

« T’es sûre que ça va? T’as pas envie de te permettre de vivre ce que t’as à vivre? »

C’était un beau moment pour exploser, comme ça devant trois caméras. J’ai braillé un bon coup et dit plusieurs gros mots. Une colère bien enfouie remontait. Après quelques instants, nous avons ri de la situation et nous avons commencé à tourner.

La douleur à la tête ne me préoccupait pas tant, mais je me demandais vraiment c’était quoi ce torrent émotionnel qui avait jailli de moi aussi puissamment. Je l’ai su quelques heures plus tard, alors que je discutais dans la voiture avec cette même amie. Ce fut le jour 1 de l’expérience.

J’ai ralenti mes opérations dans les jours qui ont suivi. J’ai dû m’honorer et me retirer de certaines activités. C’est au jour 5, à la fête des Mères, que j’ai finalement décidé d’aller voir un médecin, qui m’a dit : « Pas de travail pendant cinq jours ». Ça ne tombait pas super bien. Qu’est-ce que je venais de cocréer là moi?

J’ai accueilli, non sans contractions, le rythme requis par mon corps, qui avait des comportements que je qualifierais d’inhabituels. Je ressentais toutefois que tout était parfait, qu’une grande libération était en cours. Je n’avais qu’à me laisser porter par ce qui était, sans chercher à comprendre ou à forcer les choses. Je savais que si cet événement était arrivé, c’était pour me donner la possibilité, même inconsciente, de me libérer pour accueillir l’expansion, ou si vous voulez, de merveilleuses opportunités, ressources et expériences. Je n’aurais jamais pu me douter que ce « bang » serait une des expériences de libération les plus puissantes que j’ai jamais vécu.

Cause de cette explosion émotionnelle : La retenue

Mille prises de conscience sont remontées en même temps, comme si j’avais vu ma vie défiler dans mes pensées à une vitesse vertigineuse. J’avais tellement retenu! Retenu de dire les choses et de partager ce que je ressentais pour ne pas déplaire, décevoir, me faire juger ou rejeter. L’amour pur en moi avait été tellement enseveli sous des couches de protection, que j’avais dû aller le chercher partout autour de moi, le quémander, m’y agripper, sinon j’allais mourir! C’est ce que j’avais toujours cru. Pour avoir droit à cet amour, pour qu’on me le « donne », combien de fois me suis-je déshonorée? Combien de fois ai-je dit oui alors que mon cœur disait non? Combien de fois me suis je tue, trahie, ai-je fait semblant, ai-je menti même? Combien de fois ai-je fui pour ne pas ressentir, ajoutant une autre couche de protection qui allait me séparer encore plus de mon Essence?

J’avais toujours fait passer la terre entière avant moi. Je devais être là pour tout le monde, tout le temps, c’est ce que je m’exigeais. C’est ce qu’on nous a enseigné dans la religion ou dans les anciens modèles familiaux où la femme est à la merci de la famille par exemple. Les hommes eux doivent être forts et protecteurs. Ils doivent subvenir aux besoins de la famille, et prenant cette charge sur leurs épaules, eux aussi, ils s’oublient. C’est là qu’était la société, c’est le poids que j’ai pris sur mes épaules, comme plusieurs, croyant que je serais aimée et respectée pour cela. La vie me propose aujourd’hui de revenir à moi et de faire d’autres choix.

La retenue crée un malaise intérieur que nous enfouissons souvent bien loin pour ne pas ressentir. J’ai surnommé ce phénomène « la constipation émotionnelle ». Compassion pour nous les amis, car souvent nous n’en sommes même pas conscients. Personne ne nous a appris. Nous avons tous fait de notre mieux. La réalité est toutefois que nous nous étourdissons dans les différentes sphères de notre vie afin de ne jamais revenir là où ça fait mal, pour ne pas avoir à nous positionner, à partager, car on ne veut tellement pas blesser! Alors que nous nous alourdissons de ces déchets émotionnels, nous obstruons le chemin vers notre Essence. Nous nous empêchons d’émaner qui nous sommes, de briller, et nous empêchons tous ceux que nous tentons de protéger de le faire également.

Il n’y a pas de laxatifs pour soulager la constipation émotionnelle, sinon que de revenir au cœur pour s’honorer et partager avec douceur et compassion ce que nous ressentons, au risque de « perdre » l’amour des gens, ce qui est illusoire puisque l’amour pur nous habite, nous en sommes faits (je vous invite en ce sens à visionner l’épisode #16 de la Webtélé au Cœur de la Neutralité, que je coanime avec Sylvie Olivier de Golden Heart Wisdom).

Durant mes premiers jours de repos, TOUT ce que je retenais est remonté. Il m’aura fallu ça, un « bang » solide sur la tête, pour que je dise OUI à cesser de TOUT retenir. Ce faisant, j’ouvrais la porte à TOUT accueillir. Wow!

L’explosion émotionnelle

Un autre beau terme inspiré! L’explosion émotionnelle se produit quand on a trop retenu. C’est le trop-plein qui doit évacuer, le presto qui saute, le volcan qui entre en éruption et ça ne se passe pas dans la douceur et la compassion. C’est souvent empreint de colère, de rage et parfois de violence verbale ou physique, même juste selon le ton utilisé qui dénote la plupart du temps l’énergie du jugement et du « moi j’ai raison, et toi tu as tort ». Source de conflits, nous rejetons du revers de la main ou nous pointons du doigt ceux qui ne répondent pas à ce que nous nous attendons d’eux, mais ne leur avons-nous jamais partagé, en toute authenticité, ce que nous ressentions? Souvent non malheureusement, car ouvrir son cœur à la vulnérabilité, c’est ouvrir la porte de ce placard dans lequel nous avons tout enfoui, croyant que nous souffririons moins. Encore une fois, nous ne savions pas…

La retenue crée donc une tension parfois très forte, qui nous empêche de vivre en connexion avec l’Essence.

L’implosion émotionnelle

L’implosion émotionnelle ne se voit pas toujours. Une personne hypersensible par exemple (genre moi), finira par s’écraser devant quelqu’un vivant cette explosion, lors d’une querelle ou d’un conflit. Fragile et ressentant souvent la douleur d’autrui, elle préférera tout garder en elle, plutôt que de risquer de blesser ou de faire souffrir quelqu’un. Elle s’alourdira elle aussi, craignant souvent le rejet, l’abandon, redoutant de ne pas être aimée. Elle se recroquevillera sur elle-même, refoulant beaucoup et s’éteignant à petit feu… jusqu’à l’implosion.

Ça prend souvent un événement qui cogne fort pour nous ouvrir les yeux et nous ramener à nous-mêmes. Ça peut être une maladie, un accident, une dépression ou la perte d’un emploi. Un ami ou un amoureux qui s’en va, la garde d’un enfant qui nous est enlevée, et ça peut même aller beaucoup plus loin…

Pendant ces cinq jours d’arrêt où j’ai eu l’impression de n’être rien, j’ai revisité toutes les sphères de ma vie et tous les comportements que j’avais ou avais eus, qui faisaient en sorte que je retenais ou que je me déshonorais pour avoir droit à une « dose d’amour » quelconque. Ne pouvant plus m’étourdir dans le sport, la performance ou dans n’importe quelle activité me procurant de l’adrénaline, de grosses couches de protection se sont effondrées. Les structures de l’ego en ont mangé toute une! En cessant de retenir toutes ces idées de ce que je croyais devoir être pour être aimée et respectée (structure de l’identité), pour revenir à qui je suis en accueillant simplement l’amour pur en moi (l’Essence), j’ai accueilli une libération sans précédent, menant à une expansion qui j’en suis sûre, se manifestera concrètement très bientôt. Je le sens déjà en moi…

Nous ne sommes pas ce que nous faisons. Nous sommes, point, et nous l’émanons à travers nos gestes, nos activités, nos paroles, nos pensées… TOUT!

J’ai pris conscience dans cette semaine de calibration que je ne suis pas mon corps, je suis une Essence qui habite un corps. Je ne suis pas auteure, je suis une Essence qui partage l’expérience humaine à travers l’écriture. Mon succès ne se définit pas par la voiture que je conduis ou la taille de ma maison. Pas non plus par mon statut professionnel, mes performances, le solde de mon compte bancaire ou la fermeté de mes muscles. C’est au travers tout un tas d’idées du genre que nous nous construisons une identité, et quand cette identité s’effondre, nous avons l’impression de perdre notre valeur et de n’être plus rien.

Si un joueur de hockey a par exemple forgé toute son identité autour de sa carrière, et que du jour au lendemain il ne peut plus jouer, que croyez-vous qu’il vivra? Une expérience similaire à celle que j’ai vécue suite à la commotion. Qu’est-ce que c’est au fond? Une extraordinaire opportunité de revenir à l’Essence… à « l’être » plutôt que de valoriser le « faire ».

Question quizz : Si la structure de l’identité s’effondre et que je ne suis plus rien, qui suis-je?

La plus grande prise de conscience de cette grandiose expérience a été qu’en fait…JE SUIS TOUT!

Quand nous ne sommes plus limités par les archives mentales, que nous habitons pleinement notre espace, remplis de cet amour pur qui nous a toujours habités, que nous en émanons et partageons le surplus sans nous sacrifier, la porte qui s’ouvre est celle des infinies possibilités, l’accès à TOUT ce que nous n’aurions jamais pu imaginer.

La clé de cette porte est un engagement envers soi, un OUI sincère à s’honorer dans cette expérience avec douceur, amour et compassion. S’honorant ainsi, la retenue ne sera plus requise, l’explosion implosera, et toute la beauté de l’Essence se dévoilera… dans la paix, la joie, et la réelle liberté.

Avec Amour et Compassion


Pour accueillir plus d’informations sur le processus du Retour à l’Essence, je vous invite à visionner la vidéo de Golden Heart Wisdom, que j’ai l’honneur d’assister à titre d’Ambassadrice.

Pour vivre l’Expérience d’Amour Pur en Soi, aussi offerte par Golden Heart Wisdom en février dernier, vous êtes invités à joindre le groupe Facebook et y accéder ICI. Cette Expérience a été très puissante pour moi!


Autres ressources suggérées m’ayant assisté dans la libération, la calibration et l’expansion:

En terminant, je vous offre ce merveilleux et puissant message qui s’est écrit à travers moi:

Je t’aimerai inconditionnellement – L’Univers