Catégorie : Inspiration

De l’esprit de Noël, aux enfants qui ne croient plus

Cher enfant,

Je m’adresse à toi aujourd’hui, car je sais que tu as de la peine. Ton petit cœur est déçu, triste. Tu as appris que le père Noël n’existait pas. Tes rêves tout d’un coup se sont effondrés. Tu t’es mis à douter. Tu as probablement ressenti de la colère, de l’injustice et c’est tout à fait normal. Permets-toi de pleurer si tu en as envie, et d’être fâché si c’est ce que tu ressens. Ne le garde surtout pas à l’intérieur de toi.

Puisque tu connais maintenant la vérité, il est temps pour moi de te révéler le véritable secret derrière ce que je suis, moi l’esprit de Noël, mais avant que tu lises cette lettre, ou que tu te la fasses lire, j’aimerais te demander deux choses très importantes :

  1. Ne partage pas ce secret avec ceux qui croient encore, mais seulement avec ceux qui comme toi, ont cessé de croire. La magie de Noël te l’a apporté parce qu’elle a senti que tu en avais besoin. Ainsi fera-t-elle de même pour tous les enfants qui seront prêts à le recevoir.
  2. Garde l’esprit de Noël vivant en toi, car ainsi te feras-tu le plus beau cadeau qui soit.

Maintenant, tu te demandes peut-être qui je suis et comment je fais pour écrire, sur un ordinateur en plus, car personne ne peut me voir. Je suis partout et nulle part à la fois, mais tu peux toujours me ressentir au niveau du cœur.

Je suis l’amour et la joie que tu ressens par rapport à la fête de Noël. Tu sais, quand tu t’émerveilles devant un sapin illuminé? C’est moi. Quand tu ressens dans ta poitrine l’envie de faire une surprise ou un cadeau à quelqu’un que tu aimes ou que tu t’amuses follement à faire des biscuits? C’est encore moi. Et si tu es heureux de te retrouver avec tes grands-parents, tes cousins, cousines, oncles et tantes, hé oui, c’est aussi moi!

Pour que tu puisses lire ces mots, je suis allé les semer dans le cœur d’une personne qui aime beaucoup Noël. Comme en chacun, l’amour et la joie vivent en elle en permanence, mais comme plusieurs grandes personnes, et malheureusement de plus en plus de jeunes comme toi, elle l’oublie parfois. Comme toi qui es triste d’apprendre que le père Noël n’existe pas, il lui arrive aussi d’avoir du chagrin et même d’être très fâchée, mais sais-tu ce qui est merveilleux? L’esprit de Noël est toujours là pour lui permettre de retrouver la joie dans son cœur, et ce à n’importe quel moment de l’année.

Tu te poses sûrement beaucoup de questions présentement, et tu en poses sûrement aussi beaucoup à tes parents, qui ne savent pas quoi te répondre. Tu es peut-être confus. Je comprends. Je vois rarement des enfants heureux d’apprendre que le père Noël n’existe pas. En fait, ce que je veux te dire, c’est qu’il existe, mais pas de la façon que tu crois. Le grand secret que je veux te révéler est celui-ci :

L’esprit de Noël et le Père Noël ne font qu’un.

Il y a de cela plusieurs années, les grandes personnes ont commencé à craindre l’amour, pour toutes sortes de raisons que tu comprendras un jour. Sans s’en rendre compte, elles ont construit des barrières autour de leur cœur, car elles croyaient qu’elles seraient ainsi mieux protégées de ce qu’on appelle la souffrance. Elles ne savaient pas qu’en faisant cela, elles la créaient et détruisaient la joie.

L’amour et la joie étaient donc prisonniers en plusieurs d’entre elles, et ma raison d’être était de venir assister chacune de ces personnes à traverser les barrières qu’elles avaient construites pour revenir dans leur cœur, au moins un soir par année, le soir de Noël.

Ça a fonctionné pour plusieurs, car il est survenu des milliers de petits miracles à Noël. Toutefois, plusieurs étaient mal à l’aise de parler ouvertement d’amour et très peu se permettaient de vivre dans la joie. Ils avaient appris que la vie était lourde et difficile et la joie était donc pour eux un cadeau passager, et non ce qu’il est vraiment, un droit de naissance.

Les adultes cherchaient donc, je le sentais, une façon de transmettre à leurs enfants ce qu’ils ressentaient de si spécial le soir de Noël, sans savoir comment l’exprimer pour la plupart.

Comme je suis invisible tu le sais, il m’était impossible d’expliquer à des tout petits ce qu’était l’esprit de Noël, alors que je n’avais aucune image pour le représenter. Ils ne comprendraient pas. C’est ainsi que j’ai créé le père Noël, un être humain magique, incarnant l’amour et la joie en l’image d’un monsieur bedonnant à barbe blanche, portant un magnifique habit rouge et des bottes noires. Le père Noël, habité de l’esprit de Noël, allait pouvoir faire vivre dans le cœur des enfants la joie et l’amour, et ce que les adultes ne savaient pas, c’est que ça aurait aussi un impact sur eux! Mais ça, il ne faut pas leur dire. 😛

En effet, tu remarqueras le sourire de plusieurs quand ils vont acheter un sapin avec leur famille, quand ils s’émerveillent eux aussi devant les lumières colorées et j’ai vu des parents drôlement rire à se lever la nuit pour essayer d’attraper les lutins.

Comme tu es très perspicace, tu te demandes sûrement comment tu as pu voir si souvent le père Noël, comment il a pu passer par la cheminée pour te laisser des cadeaux et comment il a pu faire le tour du monde en une nuit, ai-je raison? Il n’y a qu’une réponse à cette question, et même si ça peut te sembler difficile à comprendre, c’est l’amour qui est derrière tout ça. Oui, l’amour de tes parents qui ont cherché le cadeau qui te ferait le plus plaisir, qui te rendrait le plus heureux possible. Tes parents qui se sont levés en pleine nuit, même épuisés, pour aller déposer des cadeaux sous le sapin, qui ont pris le temps, d’emballer, de décorer, de t’amener voir le père Noël. Puis, les temps ont changé. Il n’y avait plus de cheminée dans toutes les maisons, les familles n’avaient pas toutes les moyens pour acheter des cadeaux, mais je ne pouvais plus faire disparaître le père Noël. Il existait dans le coeur de tellement de gens, enfants comme adultes. Ces derniers ont dû s’adapter aux nouvelles réalités, aussi oppressantes aient-elle pu être pour eux, dans un seul but cher enfant, te faire vivre la magie de Noël.

Tu dois savoir qu’en chaque personne, l’esprit de Noël existe d’une manière différente. Certains se déguiseront en fée des étoiles ou en père Noël pour faire sourire les enfants. D’autres recevront la famille à souper, certains cuisineront et il y a même des gens qui feront des décorations pour égayer les maisons ou vitrines de magasins. Certains auront l’air de ne rien faire, mais ils le vivront silencieusement, dans leur cœur.

Tu vois cher enfant, comment chacun vit Noël n’a pas d’importance. Ce qui l’est par contre, c’est comment ça te fait sentir à l’intérieur de toi. Si tu es heureux, c’est que l’esprit de Noël est vivant en toi. Si tu es triste, c’est qu’il s’éteint.

Sache toutefois que tu n’es pas obligé d’être toujours heureux, et que ce n’est pas mal d’être triste. La bonne nouvelle, c’est que jamais l’esprit de Noël ne mourra en toi, même si tu es triste, même si tu as mal, même si tu es fâché. Il sera toujours là, attendant qu’un jour, comme une lumière, tu aies envie de le rallumer.

Tu sais, je ne suis pas vécu de la même manière partout dans le monde. Il y a différentes façons de me nommer et je prends aussi différentes formes, autres que le père Noël. Tu n’es sûrement pas sans savoir qu’il y a des milliards de personnes sur notre planète et tu comprendras sûrement, puisque tu es très futé, que ça n’aurait pas été tellement logique de faire croire aux gens qui habitent dans des pays où il fait très chaud, à l’image d’un homme à barbe blanche, habillé chaudement, qui passe par des cheminées pour apporter des cadeaux. J’ai dû m’adapter à tous les humains, et à l’unicité de chaque groupe, pour leur permettre eux aussi d’accueillir l’amour et la joie dans leur cœur.

Alors voilà, cher enfant, tu connais maintenant le secret qui a été si longtemps caché. L’esprit de Noël est une combinaison extraordinaire de l’amour et la joie, et le père Noël est une des nombreuses représentations physiques de l’esprit de Noël. C’est donc dire que le père Noël est amour et joie, et qu’il vit en toi à chaque instant, qu’il existe dans ta réalité ou non.

Sachant cela désormais, il y a deux questions que je souhaite te poser.

  • As-tu envie de faire vivre en toi et autour de toi l’esprit de Noël?
  • Si oui, comment le feras-tu?

Si tu ne le sais pas encore, ne t’inquiète pas. Tu le sauras très bientôt, car il y aura cette manière toute spéciale qui t’appartiendra de le transmettre autour de toi, et si par hasard tu avais envie de répondre « non », c’est absolument parfait. Tu n’es pas différent ou méchant pour autant. N’oublie pas que l’esprit de Noël n’est nul autre qu’une combinaison de l’amour, de la joie et de la fête de Noël, alors si tu enlèves la fête de Noël, vivront tout de même et éternellement en toi l’amour et la joie. Il n’en tiendra qu’à toi alors de choisir si tu désires la faire vivre ou non, à ton unique façon.

Je t’invite aussi dès maintenant à cesser de te questionner sur tout ce qui est propagé sur le père Noël, car chacun inculque l’esprit de Noël à sa façon. Il n’y a donc ni vérité ni mensonge. Simplement ce qui est vrai dans le cœur de chacun. Il est donc, en ce sens, impossible que tu trouves toutes les réponses à tes questions.

Voilà cher enfant. Tu sais tout maintenant.

J’espère que tu te sens plus léger. Je souhaite que ta colère ou ta tristesse se soit dissipée pour laisser place à un magnifique sourire. Tu es unique et inestimable, ne l’oublie jamais, et quand tu verras le père Noël désormais, tu pourras sourire, sans dire un mot, car tu sauras… et ce que tu ressentiras alors te fera oublier toute la déception que tu as eue. Cette joie qui t’habitera alors t’accompagnera pour toujours, je te le promets, mais toujours tu seras libre de la laisser vivre… ou non.

Amuse-toi, cher enfant, où que tu sois.

Avec joie et amour,

L’esprit de Noël 

Hymne à la pleine lune

Chère lune,

Je me demande souvent qui tu es vraiment. Quel pouvoir as-tu, que nous ne comprenons pas?

Tu reviens tous les mois, soulever ce que nous tentons désespérément et souvent bien inconsciemment de cacher. Avec ta grande sagesse, tu viens nous montrer ce que nous tentons d’éviter, voire même de fuir. Tu es la lumière, dans la nuit.

Quand tu t’installes dans le ciel, telle une sphère parfaite, je perds mes repères. Je me sens envahie d’émotions, de fatigue, je deviens confuse. Comme la belle au bois dormant, je dormirais 100 ans. J’ai l’impression de peser 1000 tonnes. Pourquoi est-ce que je sens que tu arrives, et que je te sens aussi t’en retourner?

Chère lune, je t’ai accablée de mes maux, alors que tu étais là pour m’aider. Tu m’as offert si généreusement de libérer toute cette lourdeur qui m’habitait, et pour ça, quoique je t’ai toujours trouvée si magnifique, je dois avouer t’en avoir souvent voulu.

Comment est-il possible de ressentir une telle paix à te regarder, et me sentir autant troublée à la fois? Comment peux-tu influencer ainsi les marées de si grandes étendues d’eau et avoir un tel impact sur chacun de nous?

Chère lune, je t’ai longtemps reproché de venir troubler mon quotidien, que je tentais avec une telle énergie de contrôler. Je t’ai rendue responsable de ce tourbillon émotif dans lequel je me retrouvais, avec ta venue. Tu m’empêchais de faire ce que j’avais décidé que je ferais. Tu m’empêchais de contrôler ma vie, avec ma tête. Tu me ramenais à moi et je n’y voyais rien.

Belle lune, j’ai fini par comprendre que tu es ma plus grande amie, et non un obstacle à ma vie. Tu reviens ainsi chaque mois pour m’offrir le plus merveilleux des cadeaux, la libération. Tu remplis si bien ce rôle que l’univers t’a assigné. Toutefois, nous en bas, avons oublié comment accueillir ce présent que tu nous offres. Nous le refusons donc, ou le combattons, jusqu’à ce que tu passes ton chemin, pour revenir le mois suivant. L’histoire se répète alors, et le brouillard qui se soulève en nous est souvent encore plus dense. Nous t’en voulons donc encore plus. Nous nous battons pour être encore « plus fort que » ces merveilleuses émotions qui demandent libération. Bien sûr, nous nous enfonçons, car la clé ne réside pas dans la lutte, mais dans l’accueil. C’est ce que nous avons oublié.

Chère lune, je t’accueille aujourd’hui et te dis du fond du cœur, merci. Oui, merci pour cette fatigue que tu m’offres, qui me permet de m’arrêter et de regarder ce qui est dans ma vie, au lieu de ce qui n’est pas. Merci pour ce qui remonte à la surface, que tu me permettras de libérer. Merci pour ce grand ménage que tu opères en moi, qui me permettra d’accueillir encore plus, de ce que la vie a à m’offrir.

À partir d’aujourd’hui, ta présence dans le ciel me rappellera de simplement respirer, quand je me sentirai dépassée ou envahie. Tu seras mon ancre, ma bouée, dans cet immense océan d’étoiles, que tu habites avec tant de beauté.